Peut-on être trop vieux pour tomber amoureux ?

Changi est un petit village de Singapour, mais pour Radha et Asmah, c’est l’univers où elles ont grandi dans les années 1950. Bien que toutes les deux aient fréquenté l’école primaire de Teluk Paku, vécu à quelques rues l’une de l’autre et eu un père qui travaillait pour les forces britanniques, elles ne se sont jamais connues. Toutes deux étaient cependant animées du même rêve : quitter leur petit village et découvrir le monde.

Et c’est ce qu’elles ont fait. Asmah a fréquenté un collège pour enseignants à Singapour et a épousé un membre du personnel des forces britanniques. Elle a vécu en Angleterre, en Allemagne, au Guyana et aux États-Unis avant de s’installer pour de bon à Toronto en 1971. Pour ce qui est de Radha, sa famille s’est installée en Angleterre quand elle était jeune. Elle a étudié en soins infirmiers avant de déménager à Cambridge, en Ontario, où elle a exercé sa profession.

Encore une fois, Radha et Asmah ont habité à moins d’une heure de route l’une de l’autre pendant près de 50 ans sans jamais se rencontrer… Jusqu’à ce qu’elles emménagent toutes les deux à la résidence Chartwell Heritage Glen, à Mississauga, en Ontario.

Pour Asmah, c’est la santé déclinante de son mari qui l’a décidée à déménager, consciente qu’il avait besoin de plus de soutien que ce qu’elle pouvait lui offrir seule. Son choix d’aller vivre à Chartwell Heritage Glen était cependant teinté d’incertitude quant à la tournure que prendraient les choses. Heureusement, près d’un an plus tard, Asmah profite bien de la vie chez Chartwell et participe aux diverses activités et événements qui y prennent place. Comme elle l’explique, le fait d’habiter dans une résidence Chartwell l’aide à dormir en paix, sachant qu’elle et son mari bénéficient d’un service attentionné.

Quant à Radha, son déménagement a été motivé par la perte de son mari et la solitude qu’elle ressentait à vivre seule. Ayant d’abord emménagé avec sa fille, elle s’est rendu compte que l’indépendance et les relations sociales dont elle jouissait auparavant lui manquaient. Résidente de Chartwell depuis maintenant presque trois semaines, elle a depuis eu la chance de se redécouvrir et de se faire de nouveaux amis.

Ressources utiles

Guide Par où commencer

Guide Par où commencer

Téléchargez
Le guide Explorons la vie en résidence de Chartwell

Le guide Explorons la vie en résidence de Chartwell

Téléchargez

S'abonner

Lors d’une journée apparemment sans histoire, le destin a finalement décidé de réunir les deux femmes, au bistro de la résidence, situé dans le salon principal. Ces retrouvailles aussi émouvantes qu’extraordinaires se sont produites à l’occasion d’une des rencontres conviviales qu’organise régulièrement Chartwell Heritage Glen et animées par la directrice générale. Radha, en compagnie de quelques résidents, se remémorait son coin de pays à Singapour. C’est alors qu’Asmah, qui appréciait la conversation animée, a sursauté en entendant le nom d’un lieu familier. L’excitation était à son comble lorsque les deux femmes ont découvert qu’elles avaient fréquenté les mêmes écoles en Asie du Sud-Est!

En se racontant leurs histoires et en partageant de vieilles photos, elles se sont rendu compte qu’elles s’étaient probablement croisées à maintes reprises au fil des ans. « Le monde est petit », se sont-elles dit, fascinées par le fait que deux personnes ayant vécu à l’autre bout du monde puissent être réunies lors de leurs vieux jours. Et dans cet émerveillement, elles ont trouvé quelque chose de beau et de régénérateur. Malgré la nostalgie ressentie en pensant au temps révolu et aux êtres chers qui n’étaient plus, Radha et Asmah éprouvaient un sentiment de gratitude; elles ont trouvé dans la compagnie de l’autre du réconfort et une solidarité qui transcendait les époques et les distances.

La nouvelle s’est répandue et n’a pas manqué de ravir les résidents et les membres du personnel. Emily Klemensberg, responsable des programmes d’animation et des loisirs, était impatiente de faire connaître cette histoire à tout le monde. Il s’agit d’un rappel émouvant que même dans un monde où l’on se sent souvent déconnecté de l’autre, des liens inattendus peuvent se créer.

L’histoire de Radha et d’Asmah n’est pas seulement celle d’une nouvelle amitié. C’est une histoire qui raconte aussi la condition humaine, les joies et les peines que nous connaissons tous au cours de la vie. Elle nous rappelle que même lorsqu’on est confronté au deuil et au changement, il y a des moments imprévus qui peuvent éclairer notre vie et qui attendent patiemment l’occasion de se révéler au grand jour, comme celui de trouver des liens dont nous ignorons l’existence.

Articles connexes

    Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre mensuelle

    Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre mensuelle afin de bénéficier de nos conseils d’expert sur une multitude de sujets liés à la retraite, un accès à des documents pratiques que vous pourrez télécharger, comme des infographies et des aide-mémoires. De plus, vous recevrez des invitations à divers événements.