Vieillir à la maison coûte-t-il moins cher? Une perspective financière

Je pense encore souvent à mon oncle John, qui a vécu jusqu’à l’âge respectable de 95 ans. Je ne peux pas imaginer comment il aurait pu vivre plus longtemps, mais je me demande s’il aurait pu vivre mieux au cours de ses vieux jours.

Comme mon oncle a grandi à l’époque difficile de la Dépression, il n’a jamais été enclin à dépenser son argent pour assurer son confort. Parfois, je me demande : si j’avais pris le temps d’analyser clairement avec lui les coûts financiers de la vie à la maison par rapport à ceux d’une résidence pour retraités, aurait-il pu éviter cette chute chez lui, qui lui a valu une fracture de la hanche? En tant que célibataire abonné au régime « thé et toasts », aurait-il préféré des repas maison sains plutôt que de boire chaque jour une boisson nutritiveacheté en magasin pour obtenir ses nutriments?


Le dilemme de vieillir chez soi par rapport à la résidence pour retraités

Si vous ou un parent tentez de prendre la décision souvent difficile de vieillir à la maison ou plutôt dans une résidence, assurez-vous de peser le pour et le contre, tant sur le plan financier que sur celui du mode de vie. C’est un processus auquel il faut consacrer du temps : afin de faire une comparaison juste, il faut éviter de se précipiter.

Karen Henderson, spécialiste indépendante en planification du Long Term Care Planning Network, m’a parlé de ce sujet. « C’est compliqué, a-t-elle commencé par me dire. Il n’y a pas de modèle tout tracé. Habitez-vous dans une maison, un condo ou un appartement? Avez-vous des problèmes de mobilité qui nécessiteraient des rénovations majeures? Et bien sûr, quel est votre état de santé? Dans l’ensemble du pays, les coûts des soins à domicile varient de 24 $ à 35 $ l’heure, et les soins infirmiers reviennent à au moins 60 $ l’heure. J’ai connu une famille qui dépensait 10 000 $ par mois en soins de première qualité pour son père qui était atteint d’un cancer de la prostate et qui avait décidé de rester à la maison. »

Ressources utiles

Guide pour choisir la bonne résidence pour retraités

Guide pour choisir la bonne résidence pour retraités

Téléchargez
Guide l’abordabilité de la vie en résidence

Guide l’abordabilité de la vie en résidence

Téléchargez

S'abonner

Quelles sont les considérations financières pour rester chez soi à la retraite?

Si vous êtes comme mon oncle John, il se peut que vous présumiez que vivre à la maison ne coûte rien, mais ce n’est pas entièrement vrai. Voici quatre considérations financières pour vieillir à la maison :

  1. Frais de subsistance quotidiens. En additionnant tous vos coûts mensuels et annuels pour vivre dans votre maison et en assurer l’entretien, vous serez peut-être surpris de constater combien vous dépensez tous les mois pour maintenir votre qualité de vie. Dans certains cas, opter pour une résidence ne revient pas beaucoup plus cher que ce qu’il en coûte à une personne pour maintenir son style de vie actuel.

  2. Coût des soins à domicile. Selon votre province de résidence, les coûts des soins à domicile peuvent varier considérablement, comme il est mentionné ci-dessus. Sans vous en rendre compte, vous ou un parent pourriez dépenser jusqu’à 120 000 $ par année en soins à domicile si ceux-ci s’avèrent importants et nécessaires, comme dans le cas des clients de Karen. C’est en fait plus cher que la vie dans une résidence pour retraités! Et n’oubliez pas non plus les frais pour les besoins supplémentaires comme la livraison des repas, l’entretien ménager, le déneigement ou les réparations et l’entretien de la maison.

  3. Coût de la vie sociale. Les recherches continuent de montrer à quel point il est important de maintenir une vie sociale pendant nos années de retraite, et ceux qui prennent cet objectif à cœur auront des coûts à assumer. Les frais de transport comme les taxis ou l’assurance automobile, si vous possédez toujours votre propre véhicule, les frais de divertissement comme les cafés ou les repas entre amis, ou d’autres activités récréatives comme les cours d’exercice ou le magasinage s’additionnent rapidement.

  4. Frais de logement. Même si vous n’avez plus d’hypothèque à payer, la possession d’une maison ou la location d’un appartement comporte des frais. Impôts fonciers, factures de services publics, assurances, frais de copropriété : la liste est longue.


Les services en résidence pour aînés valent-ils le coût?

Une fois que vous aurez fait votre comparaison des coûts, si vous n’avez pas besoin de beaucoup de soins à domicile, vous trouverez peut-être que la vie en résidence vous coûtera plus cher que ce que vous payez actuellement à la maison. Toutefois, si vous songez à la valeur des services offerts par une résidence pour retraités, comme les choix de repas, les activités physiques et les loisirs, la sécurité 24 heures sur 24 et l’ambiance sociale, vous trouverez peut-être le coût tout à fait raisonnable, car ce choix peut vous rendre la vie plus facile, satisfaisante et globalement agréable. Comme mon oncle, vous aurez peut-être de la difficulté à passer de l’« épargne » aux « dépenses », mais si vous en avez les moyens, considérez cela comme un investissement dans votre santé et votre mieux-être.

Mon oncle John a pris des décisions stratégiques pour ses placements, mais pas pour la vie qu’il mènerait pendant sa retraite. Ne faites pas comme lui : si vous envisagez de vivre dans une résidence, je vous encourage à rencontrer un conseiller en location de Chartwell ou votre spécialiste financier pour comprendre les chiffres et prendre une décision éclairée.

Pour obtenir d’autres conseils financiers sur la vie en résidence, téléchargez notre guide exclusif sur l’abordabilité de la vie en résidence.

À propos de Kelley Keehn

Formatrice en finances personnelles, auteure, conférencière et personnalité présente dans les médias depuis plus de 20 ans, Kelley Keehn travaille actuellement à son dixième livre, ainsi qu’à deux cours audio. Elle se porte à la défense des intérêts des consommateurs pour Financial Planners Canada et siège à de nombreux comités dans le secteur financier. Au cours des trois dernières années seulement, elle a accordé plus de 600 entrevues à la télévision, à la radio et dans la presse écrite sur une multitude de sujets liés à la littératie financière. Sa mission est d’aider les Canadiens à se sentir à l’aise avec les questions financières. 

Articles par Kelley Keehn

Articles connexes

    Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre mensuelle

    Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre mensuelle afin de bénéficier de nos conseils d’expert sur une multitude de sujets liés à la retraite, un accès à des documents pratiques que vous pourrez télécharger, comme des infographies et des aide-mémoires. De plus, vous recevrez des invitations à divers événements.