Gestion émotionnelle des proches aidants : Étude de cas par Docteure Amy

Aider un parent vieillissant peut faire remonter des émotions à la surface – certaines peuvent être agréables et valorisantes, tandis que d’autres, douloureuses ou difficiles à gérer. Quand j’ai rencontré Cynthia*, l’une de mes clientes, c’est exactement ce dont elle voulait me parler : comment gérer toutes les émotions qu’elle vivait alors que sa mère avançait en âge.


Le parcours de Cynthia : Surmonter les émotions difficiles

Cynthia a 49 ans et est mère célibataire de deux adolescents. Elle est également la principale aidante de sa mère âgée de 83 ans, qui a subi un léger AVC il y a un an. Même avant l’AVC, sa mère était aux prises avec des limitations physiques, notamment des problèmes de vision causés par une dégénérescence maculaire. Cynthia a une sœur, mais elle habite en Angleterre, alors elle ne peut pas être disponible rapidement pour aider.

Quand Cynthia et moi avons discuté, elle m’a confié être en proie à des sentiments douloureux. Elle se sent coupable parce que sa mère a emménagé dans une résidence pour retraités et Cynthia pense qu’elle aurait dû encourager sa mère à emménager avec elle et ses deux fils. Elle éprouve également du ressentiment, car sa mère a eu besoin de beaucoup d’aide au cours des dernières années, alors que Cynthia est déjà débordée en tant que mère monoparentale. De plus, trouver un équilibre entre sa carrière, les responsabilités associées à la gestion du foyer et les besoins des personnes qui dépendent d’elle lui causent du stress et de l’anxiété. De nombreuses nuits, elle a de la difficulté à dormir, car elle repasse dans sa tête sa liste de tâches. Pour couronner le tout, elle sait que sa mère ne sera pas toujours là, et elle commence déjà à vivre un deuil.

Même s’il y a une part de stress dans le fait d’être l’aidante de sa mère, Cynthia a aussi parlé des aspects valorisants liés au soutien qu’elle lui fournit. Elle m’a dit en souriant que le temps semble ralentir quand elle est en sa compagnie. Cynthia dit éprouver beaucoup d’amour et de compassion pour sa mère quand elle la voit travailler fort pour retrouver les facultés qu’elle a perdues en raison de l’AVC.

Ressources utiles

Guide: Comment prendre soin de vos parents vieillissants?

Guide: Comment prendre soin de vos parents vieillissants?

Téléchargez
Guide « Soutenir un proche »

Guide « Soutenir un proche »

Téléchargez

S'abonner

Comprendre la complexité de la gestion émotionnelle de l’accompagnement

Il est important de noter que toutes ces émotions que ressent Cynthia en tant qu’aidante sont très courantes et aussi très éprouvantes. Émotion rime souvent avec confusion : nous éprouvons rarement une seule émotion à l’égard d’une situation, et certaines émotions sont difficiles à vivre et à gérer.

J’ai dit à Cynthia ce que j’ai dit à un bon nombre d’autres personnes qui aident leurs parents : la première étape pour gérer des émotions conflictuelles est de reconnaître qu’elles font partie de la condition humaine. Je demande souvent aux gens de voir leurs émotions comme une tarte coupée en de nombreuses parts de différentes tailles. Ils peuvent avoir une grande part de culpabilité, une petite part de ressentiment et une part moyenne de joie. Toutes ces émotions peuvent coexister, et elles sont toutes normales. Ce qui importe, c’est ce qu’on en fait.

La meilleure façon de commencer à gérer des émotions difficiles liées à l'accompagnement est de déterminer ce qui vous a amené à ressentir une émotion particulière. Par exemple, j’ai demandé à Cynthia de me parler davantage du ressentiment qu’elle ressentait. Elle m’a dit qu’elle en voulait à sa sœur d’avoir déménagé loin d’elle, la laissant ainsi seule s’occuper de leur mère. Lorsque nous avons dressé la liste de ce que Cynthia faisait pour soutenir sa mère, nous nous sommes rendu compte que certaines tâches pouvaient être exécutées à distance par sa sœur en Angleterre, comme aider leur mère à prendre ses rendez-vous chez le médecin ou gérer ses finances en ligne. Cynthia a également demandé à sa sœur d’appeler leur mère tous les jours pour vérifier si tout allait bien et bavarder un peu. En ayant enlevé simplement ces quelques tâches sur sa liste de choses à faire, Cynthia commence à se sentir moins surchargée et à éprouver moins de ressentiment.

Bien que l’on ne puisse pas empêcher toutes ces émotions de surgir ni en faire disparaître les causes, on peut aussi réaliser avoir besoin d’un soutien émotionnel pour mieux les gérer. Prévoir régulièrement à son horaire de prendre un café avec un(e) bon(ne) ami(e) qui saura vraiment nous écouter, participer à un groupe de soutien ou recourir à l’aide d’un professionnel sont toutes des options qui peuvent avoir une grande incidence sur notre capacité à gérer nos émotions les plus éprouvantes. De plus, bon nombre de gens ont peut-être simplement besoin de prendre plus régulièrement des pauses de leurs responsabilités alors qu’ils soutiennent un proche qui vieillit.


Conseils pour les proches aidants

Si comme Cynthia, vous êtes aux prises avec ce type d’émotions, essayez les méthodes qui ont fonctionné pour elle. Tout d’abord, reconnaissez que toutes les émotions que vous ressentez; qu’elles soient agréables ou désagréables, sont un élément normal de l’expérience d’aidant. Ensuite, déterminez quelles émotions sont les plus éprouvantes et observez ce qui semble les provoquer. Essayer d’empêchez de se manifester les émotions qui peuvent être perçues à l’avance (vous pourriez avoir besoin d’un(e) ami(e) pour déterminer cela) et allez chercher de l’aide pour celles qui sont plus pénibles. De cette manière, vous pourrez commencer à vivre davantage d’émotions agréables, comme la compassion, l’amour et même la joie, et moins d’émotions éprouvantes.

À propos de la Dre Amy D’Aprix 

Amy est conseillère certifiée auprès des aînés, vice-présidente de la Fédération internationale du vieillissement et cofondatrice du projet Essential Conversations Project. Travailleuse sociale auprès des aînés, elle œuvre auprès d’eux et de leurs familles depuis plus de 30 ans. 

Articles par Dr. Amy

Articles connexes

    Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre mensuelle

    Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre mensuelle afin de bénéficier de nos conseils d’expert sur une multitude de sujets liés à la retraite, un accès à des documents pratiques que vous pourrez télécharger, comme des infographies et des aide-mémoires. De plus, vous recevrez des invitations à divers événements.