7 façons dont les relations intergénérationnelles améliorent la santé des aînés

Extrait : Les programmes intergénérationnels qui favorisent le renforcement des liens entre les jeunes générations et les aînés procurent à ces derniers de nombreux bienfaits, notamment sur le plan de la santé cognitive, émotionnelle et physique. Des études démontrent que ces liens améliorent l’humeur, stimulent l’esprit et la mémoire, et réduisent l’isolement. La participation active à des programmes intergénérationnels améliore également la santé et l’estime de soi des aînés, tout en les aidant à donner un sens et un but à leur vie.


Le 1er juin est la Journée intergénérationnelle au Canada*. Cette journée spéciale a été créée en 2010 pour souligner la richesse des relations intergénérationnelles et pour renforcer les liens entre les aînés et les jeunes générations.

Les programmes intergénérationnels, notamment ceux où les aînés enseignent aux enfants à cultiver des légumes dans un jardin communautaire, ceux où des jeunes offrent du soutien informatique aux aînés, ou encore les programmes universitaires qui encouragent la cohabitation entre les étudiants et les aînés, lorsque ces derniers ont de l’espace pour les héberger, procurent aux aînés de nombreux bienfaits pour leur santé mentale, émotionnelle et physique*, selon l’Université McMaster. Les enfants, les adolescents et les jeunes adultes qui interagissent avec les aînés dans le cadre de ces programmes retirent eux aussi des avantages considérables sur le plan cognitif, émotionnel et social*, d’après Generations United.

Voici quelques-uns des bienfaits associés aux relations entre les aînés et les jeunes générations :

  1. Elles améliorent l’humeur et atténuent la dépression. Selon le Legacy Project, établi à Toronto, les aînés actifs et impliqués qui ont des relations intergénérationnelles étroites rapportent systématiquement beaucoup moins de symptômes de dépression*. De plus, une étude du Journal of the American Gerontological Society indique que les grands-parents qui passent du temps de qualité avec leurs petits-enfants, lorsqu’ils sont petits, et qui tissent des liens serrés avec eux risquent moins de souffrir de dépression.
  2. Elles stimulent l’esprit et la mémoire. Selon une étude de l’International Journal of Geriatric Psychiatry, l’engagement social dans le cadre de programmes intergénérationnels est associé à une amélioration de la mémoire et de la capacité de réflexion. Il pourrait aussi offrir une protection contre le déclin lié à l’âge de l’hippocampe*, une région du cerveau qui joue un rôle dans la mémoire.
  3. Elles contribuent à réduire l’isolement social. L’isolement social entraîne des effets négatifs sur la santé des aînés*, selon l’Université George Washington. Un programme intergénérationnel d’engagement social, dans lequel des élèves du secondaire ont visité des aînés en résidence, a contribué à réduire l’isolement social de ces derniers*. Les recherches démontrent également que les bénévoles plus âgés qui participent à ce type de programme disent avoir plus de soutien social et ressentir un sentiment de connexion et d’appartenance à la communauté*.
  4. Elles améliorent la santé physique. Les aînés qui prennent part à des programmes intergénérationnels font moins de chutes, sont moins fragiles, et ont plus de force, d’équilibre et de mobilité*. De plus, ceux qui donnent régulièrement des cours particuliers à des élèves d’écoles publiques urbaines dans le cadre du programme Experience Corps ont amélioré leur mobilité, leur endurance et leur souplesse tout en jouissant plus longtemps d’une bonne santé générale*, selon l’école de médecine de l’Université Johns Hopkins.
  5. Elles renforcent l’estime de soi. Des études menées auprès d’aînés qui prennent part à des programmes intergénérationnels d’éducation, d’artisanat, de technologies de l’information et de patrimoine culturel ont démontré que ces derniers ont vu augmenter leur estime de soi et leur satisfaction face leur vie*.
  6. Elles aident à donner un sens à la vie. Selon une étude de l’Université Stanford, le bénévolat auprès d’enfants aide les aînés à donner un sens et un but à leur vie*.
  7. Elles contribuent au bonheur. Les aînés qui avaient des liens plus forts avec les jeunes générations avaient trois fois plus de chances d’être heureux*, a indiqué une étude de l’Université Harvard.