Retour à la maison : L’histoire de Marnie

Nous sommes en 1938 à Brantford, en Ontario. Les enfants de la deuxième à la huitième année jouent dans leurs vêtements d’école en laine, réorganisant les pupitres dans leur école qui ne compte qu’une seule salle, chauffée par la chaudière du sous-sol. Espace d’apprentissage partagé, l’école Tranquility était également un centre communautaire, accueillant des parties de bridge, des séances de danse carrée et des foires estivales. Dans ce lieu de réunion, tout le monde se connaissait et la communauté formait une grande famille.

Une nouvelle ère pour une ancienne élève

Voici l’histoire de Marnie Freeborn. Enfant unique, née à l’hôpital BGH de Brantford, elle a grandi sur une ferme de 20 acres avec plusieurs animaux. À l’âge de six ans, Marnie a commencé à fréquenter l’école Tranquility. Certains jours, elle devait marcher un kilomètre et demi pour s’y rendre, et d’autres jours, une grosse Cadillac grise venait la chercher très tôt.

Une fois à l’école, Marnie était sous la tutelle de ses professeurs, notamment de Mme McConachie, dont elle se souvient très bien. « Dans les années 1940, les enseignants pouvaient être des femmes mariées, explique Marnie. Alors, un peu plus tard, j’ai eu la merveilleuse occasion de rendre la pareille à Mme McConachie en gardant ses enfants. »

Bien que Marnie n’aimait pas beaucoup le travail scolaire, elle a d’innombrables bons souvenirs de l’école Tranquility : qu’il s’agisse de jouer au basket à la récréation ou d’aider les plus petits. Marnie a même gagné le prix de la « meilleure composition », et ce, plus d’une fois!

Là où tout a commencé

Quatre-vingt-quatre ans plus tard, Marnie est de retour chez elle. Elle habite Chartwell Tranquility Place, sur le site même de son ancienne école. Lorsqu’elle a pris la décision de déménager dans cette résidence pour retraités, Marnie a, d’une certaine façon, retrouvé quelqu’un de spécial : la petite fille qu’elle était à l’âge de six ans. Aujourd’hui encore, elle peut nommer chaque camarade de classe sur son ancienne photo.

Le paysage a peut-être changé, de même que le dynamisme de la région, mais Chartwell Tranquility Place renferme des souvenirs marquants qui remplissent son cœur de bonheur et de douceur.

Comme on le dit si bien : « La maison est là où se trouve le cœur ». Pour Marnie, c’est ici, à Brantford. Merci, Marnie, de nous permettre de faire partie de votre histoire.