Un remède naturel pour améliorer sa santé et être plus heureux

Nous sommes programmés pour passer du temps dans notre environnement naturel. Ce concept a même un nom : la biophilie, selon laquelle notre lien avec la nature est un besoin d’ordre biologique.

Saviez-vous, par exemple, que notre attrait pour les fleurs découle du fait que sur de nombreuses plantes, les fleurs signalent l’apparition de fruits, une source de nourriture nécessaire aux premiers humains*?

Il n’est donc pas étonnant que pour beaucoup de personnes confinées chez elles pendant la pandémie, ne pas pouvoir s’asseoir dans un jardin, se promener ou s’asseoir au bord d’un lac n’ait pas été bon pour leur esprit, leur corps et leur âme.

Profiter de la nature améliore la santé

Aujourd’hui, des centaines d’études fondées sur des preuves convaincantes démontrent les bienfaits importants du temps passé en plein air pour notre santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle*.

Selon une étude réalisée en 2015 par l’Université du Minnesota auprès d’aînés de Vancouver, les 161 participants se sentaient mieux physiquement dans les espaces verts et près de l’eau. Ils étaient plus sereins et apaisés au bord de l’eau. De plus, ils se sentaient plus engagés sur le plan spirituel et social, en particulier dans les parcs, où ils avaient également la possibilité de discuter avec d’autres personnes*.

Les médecins commencent également à donner à leurs patients des « remèdes naturels* », ce qui suggère qu’il est possible de mieux gérer le stress et l’anxiété chroniques – dont certains d’entre nous souffrent ou ont souffert au plus fort de la pandémie – en passant du temps dans des espaces verts et bleus. Il peut s’agir de jardins, de sentiers pédestres, de parcs urbains et de lieux situés au bord d’étangs, de ruisseaux, de lacs ou d’océans.

Deux heures dans la nature par semaine suffisent pour se sentir mieux

Combien de temps faut-il passer dans la nature pour en ressentir les bienfaits? Les scientifiques l’ont maintenant quantifié, concluant que tant les aînés que les personnes plus jeunes qui passaient deux heures par semaine dans la nature se déclaraient en meilleure santé et éprouvaient un plus grand sentiment de bien-être que les personnes qui ne sortaient pas du tout*.

Il n’est même pas nécessaire d’être à l’extérieur pour profiter des avantages liés à la proximité de la nature. Une petite étude de 1984 menée auprès de patients ayant subi une intervention chirurgicale a révélé que ceux qui avaient une vue sur la nature depuis leur fenêtre se rétablissaient plus rapidement et prenaient moins d’analgésiques que ceux dont la fenêtre donnait sur un mur de briques*.

Quatre moyens de profiter des espaces verts – et bleus

Sortez marcher

Même une petite promenade dans une rue bordée d’arbres peut améliorer votre humeur et votre mobilité. Choisissez un itinéraire qui vous plaît et observez les changements qui se produisent dans tout ce qui pousse. Prenez le temps d’admirer le ciel changeant.

Accrochez une mangeoire à oiseaux devant votre fenêtre

Si vous ne pouvez pas sortir autant que vous le souhaitez, faites entrer l’extérieur en accrochant une mangeoire à oiseaux près de votre fenêtre. Vous pourriez même vous procurer un livre sur les oiseaux pour identifier vos nouveaux amis.

Plantez des graines ou des fleurs

Même les jardins intérieurs permettent de profiter de la nature. Planter des graines a toujours été un symbole d’espoir et d’optimisme pour l’avenir, deux éléments dont nous avons besoin en ce moment. Il suffit de quelques petits pots et d’une fenêtre ou d’une source de lumière artificielle pour créer un jardin intérieur.

Passez du temps au bord de l’eau

Vivez-vous près d’un étang, d’une rivière, d’un ruisseau ou d’un lac? Il n’est pas nécessaire que ce soit une grande étendue d’eau; le simple fait d’écouter le ruissellement de l’eau a un effet calmant sur l’esprit et le corps*.

*Les références citées dans cet article de blogue proviennent des sources suivantes (par ordre d’apparition) :

1. Psychology Today. « What is biophilia? » (sans date), en ligne : https://www.psychologytoday.com/ca/basics/biophilia

2. University of Rochester. « Spending Time in Nature Makes People Feel More Alive, Study Shows » (2010), en ligne : http://www.rochester.edu/news/show.php?id=3639

3. ScienceDirect. « Therapeutic landscapes and wellbeing in later life: Impacts of blue and green spaces for older adults » (2015), en ligne : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1353829215000672

4. Glamour magazine. « Spend More Time Outside—Doctor’s Orders » (11 juillet 2019), en ligne : https://www.glamour.com/story/park-prescriptions-are-gaining-steam-as-a-mainstream-medical-treatment

5. The New York Times. « How Much Nature Is Enough? 120 Minutes a Week, Doctors Say » (13 juin 2019), en ligne : https://www.nytimes.com/2019/06/13/health/nature-outdoors-health.html

6. ResearchGate. « View Through a Window May Influence Recovery From Surgery » (mai 1984), en ligne : https://www.researchgate.net/publication/17043718_View_Through_a_Window_May_Influence_Recovery_from_Surgery

7. LiveScience. « Why Does the Sound of Water Help You Sleep? » (18 janvier 2016), en ligne : https://www.livescience.com/53403-why-sound-of-water-helps-you-sleep.html