Conversations essentielles avec Dre Amy : Renforcer sa résilience en ces temps difficiles

Nous vivons certainement une période difficile depuis que la COVID-19 est arrivée dans le décor. Nous sommes nombreux à tenter d’éviter de succomber à la fatigue de la COVID-19, qui n’est pas un symptôme physique, mais émotionnel du virus. C’est le sentiment que la vie telle qu’on la connaissait n’est vraiment pas près de revenir.

Dans le contexte actuel, est-il possible d’améliorer sa résilience et d’adoucir cette période en diminuant le stress et en maximisant le plaisir? La réponse est OUI! La résilience, c’est la capacité à surmonter l’adversité. Comme un muscle, l’adaptation émotionnelle peut être travaillée et renforcée. Il existe des méthodes relativement simples pour bâtir sa résilience émotionnelle.

Restez dans le moment présent

Votre sentiment de fatigue et de nervosité augmente lorsque vous commencez à vous projeter trop loin dans l’avenir et à vous questionner. Et si on ne trouvait pas de vaccin rapidement? Et si je ne pouvais pas voir ma famille pendant encore plusieurs mois? Et s’il y avait une deuxième vague du virus? Chez certaines personnes, le simple fait de lire ces questions peut accroître la nervosité, la peur et l’épuisement! Lorsque vous vous sentez aspirés dans un tourbillon d’inquiétude par rapport à l’avenir, arrêtez-vous et demandez-vous : « Qu’est-ce qui est vraiment important d’ici à ce soir? » Cette question vous ramènera au moment présent et chassera de votre esprit un avenir que nul ne peut prédire. En vous la posant, vous remarquerez peut-être que votre corps se détend et que votre esprit s’apaise, puisqu’il est occupé à gérer ce qui se trouve devant vous maintenant. La méditation, le yoga et la pleine conscience peuvent également entraîner votre esprit à rester dans le moment présent.

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler

En cette période de COVID-19, établir une routine ou revoir celle que vous aviez déjà pour structurer votre journée peut accroître votre sentiment de contrôle. Il peut s’agir de prendre le thé à la même heure chaque jour ou d’appeler tous les matins un proche qui vous apporte du réconfort et un sentiment de sécurité.

Vous fixer un petit objectif pour la journée peut aussi vous aider à gérer votre temps et votre énergie. Ce peut être une chose que vous avez négligée, mais que vous avez maintenant le temps de faire, comme nettoyer votre tiroir fourre-tout, écrire une lettre à une personne que vous avez perdue de vue au fil des ans ou aller marcher pendant 30 minutes tous les jours. Ce sont toutes des choses qui peuvent vous donner l’impression d’avoir votre vie en main et diminuer votre anxiété.

Changez votre perspective

Notre esprit est un outil puissant, mais plus malléable qu’il n’y paraît. Il n’est pas rare qu’un petit changement de perspective modifie le cours de notre journée. Exprimer sa gratitude est un bon moyen d’y arriver. Lorsque vous sentez l’anxiété et l’irritabilité monter en vous en pensant à combien le virus a chamboulé votre vie, prenez un moment pour écrire deux ou trois bonnes choses que la situation vous a apportées. Le fait d’avoir ralenti votre rythme de vie et diminué vos interactions en personne vous a peut-être permis d’achever des projets que vous aviez mis de côté. Peut-être avez-vous contacté des personnes susceptibles de se sentir seules et isolées, ce qui vous a donné le sentiment agréable d’avoir aidé quelqu’un. Ou peut-être avez-vous commencé à vous préoccuper davantage des personnes qui vous entourent et avez renforcé vos liens. La beauté de la chose, c’est que gratitude et tristesse vont rarement de pair. En effet, les sentiments positifs parviennent la plupart du temps à chasser les sentiments négatifs.

La mise en pratique ne serait-ce que de l’une de ces idées vous aidera à affronter la tempête et à en ressortir plus fort, heureux et paisible. Dans le cas de la COVID-19, nous ne savons pas quand la tempête passera, mais nous savons qu’un jour ou l’autre, nous finirons par retrouver un semblant de vie normale. Et d’ici là, nous prendrons peut-être simplement conscience, avec gratitude, que la situation nous a permis de grandir, de changer et d’apprendre à profiter des petites choses de la vie.