Les personnes sages sont-elles plus heureuses et en meilleure santé

Extrait : Des études ont démontré que la sagesse est associée à une meilleure santé physique et mentale et à un plus grand bonheur. Un grand sens de l’engagement, de bonnes compétences en résolution de problèmes, une intelligence sociale et émotionnelle, et la capacité à faire face aux difficultés sont des facteurs associés à la sagesse qui contribuent à améliorer la santé et la longévité. Les gens peuvent acquérir et cultiver la sagesse en trouvant un sens et un but à leur vie, en faisant de bonnes actions pour les autres, en régulant leurs émotions, en réfléchissant et en apprenant à bien se connaître.


Qu’est-ce que la sagesse?

La sagesse est un trait humain qui comprend des comportements sociaux positifs, la régulation des émotions, l’introspection, l’acceptation de l’incertitude, l’esprit de décision, la spiritualité et la résilience*, selon une étude de la revue Harvard Review of Psychiatry réalisée en 2019.

L’étude a révélé que la sagesse est liée à une meilleure santé physique et mentale, au bonheur et à la satisfaction à l’égard de la vie*. Les chercheurs ont également constaté que la sagesse augmente souvent avec l’âge puisque l’on tire des leçons de ses expériences de vie : il est donc possible d’acquérir et de développer différents aspects de la sagesse.

Pourquoi les personnes sages sont-elles plus heureuses?

Une étude menée par l’Université Concordia, à Montréal, a permis de déterminer que certains facteurs clés liés à la sagesse* – un engagement élevé dans la vie, une certaine maîtrise de soi et une bonne capacité d’adaptation pour résoudre les problèmes – contribuent à accroître le bonheur et le bien-être émotionnel.

Pourquoi les personnes sages sont-elles en meilleure santé?

La sagesse aide les gens à mieux faire face aux difficultés, à l’adversité et aux défis de la vie, leur permettant de conserver leur calme et leur équilibre émotionnel dans les moments difficiles et de maintenir une bonne santé émotionnelle et psychologique*, selon une étude publiée dans The Journals of Gerontology.

Une étude de l’Université de Waterloo a révélé qu’un raisonnement éclairé est également associé à une plus grande longévité.* Les chercheurs ont suggéré que l’intelligence sociale et émotionnelle liée à la sagesse contribue à améliorer la santé et à prolonger l’espérance de vie.

Cultiver la sagesse

Les gens peuvent devenir sages et gagner en sagesse tout au long de leur vie*, selon la Harvard Review of Psychiatry. Voici des moyens pour y arriver :

  1. Adoptez des comportements prosociaux. Faites preuve de compassion, d’empathie et d’altruisme en faisant des actions positives pour les autres*, indique la Harvard Review of Psychiatry.

  2. Trouvez un sens et un but à votre vie. Selon l’Université Concordia, les gens qui pratiquent des activités significatives sont généralement plus heureux, vivent des émotions plus positives et sont moins susceptibles d’être déprimés*.

  3. Régulez vos émotions. Privilégiez les émotions positives. Gérez vos émotions négatives, non pas en les réprimant, mais en prenant conscience de vos sentiments lorsqu’ils se manifestent et en maîtrisant vos réactions*, conseille le Stein Institute for Research on Aging.

  4. Réfléchissez et apprenez à vous connaître. Faites une introspection objective, en reconnaissant vos forces et vos faiblesses*, afin de pouvoir assumer vos responsabilités et de ne pas blâmer les autres, indique l’Université de Floride.

  5. Acceptez l’incertitude. Ouvrez votre esprit à divers points de vue, même si vous avez une opinion tranchée sur une question, et soyez prêt à changer d’avis* si de nouveaux renseignements convaincants vous sont présentés, indique le Stein Institute for Research on Aging.

  6. Demandez des conseils. Selon l’Université de Waterloo, les gens raisonnent souvent plus sagement au sujet des problèmes sociaux ou personnels des autres que des leurs*. Consultez un ami sage pour établir une certaine distance émotionnelle avant de prendre une décision personnelle importante.

*Les références citées dans cet article de blogue proviennent des sources suivantes (par ordre d’apparition) :

1. Medical Express. « Being wise is good for your health – review looks at emerging science of wisdom » (2019), en ligne : https://medicalxpress.com/news/2019-05-wise-good-healthreview-emerging-science.html
2. Harvard Review of Psychiatry. « The emerging empirical science of wisdom » (2019), en ligne : https://journals.lww.com/hrpjournal/Pages/articleviewer.aspx?year=2019&issue=05000&article=00001&type=Fulltext&PRID=HRP_PR_51419
3. Journal of Happiness Studies. « Why are wise people happier? An explanatory model of wisdom and emotional well-being in older adults » (2013), en ligne : https://www.researchgate.net/publication/257589184_Why_are_Wise_People_Happier_An_Explanatory_Model_of_Wisdom_and_Emotional_Well-Being_in_Older_Adults
4. The Journals of Gerontology. « Wisdom and hard times: The ameliorating effect of wisdom on the negative association between adverse life events and well-being » (2016), en ligne : https://academic.oup.com/psychsocgerontology/article/73/8/1374/2328820
5. Journal of Experimental Psychology General. « A route to well-being: Intelligence versus wise reasoning » (2013), en ligne : https://www.researchgate.net/publication/230621584_A_Route_to_Well-Being_Intelligence_Versus_Wise_Reasoning
6. The Stein Institute for Research on Aging, University of California, San Diego. « Wisdom profiles: Dilip Jeste » (2019), en ligne : https://evidencebasedwisdom.com/wisdom-profiles-dilip-jeste/
7. University of Florida. « Monika Ardelt on how to become wise » (2017), en ligne : https://candowisdom.com/tag/monika-ardelt
8. Association for Psychological Science. « The (paradoxical) wisdom of Solomon » (2015), en ligne : https://www.psychologicalscience.org/news/were-only-human/the-paradoxical-wisdom-of-solomon.html