Parlons finances avec Kelley Keehn :4 facteurs à prendre en considération pour savoir si vous pouvez vous offrir la vie en résidence pour retraités

Quand on apprend combien cela coûte par mois de vivre dans la résidence pour retraités près de soi, on peut se dire automatiquement que c’est au-dessus de nos moyens. Toutefois, on omet peut-être de prendre en compte certains facteurs financiers importants qui rendent en fait ce mode de vie plus abordable qu’on ne le pense. Regardons cela de plus près.

Revenus liés à la vente de votre résidence actuelle

Beaucoup de gens ne sont pas conscients qu’ils possèdent des actifs pouvant s’élever à plusieurs centaines de milliers de dollars, voire plus, qui les aideraient à vivre la vie de retraités qu’ils ont toujours souhaitée! Réfléchissez à ce que vaut votre maison. La plus-value réalisée par la vente de votre résidence principale n’est pas imposable et peut être réinvestie; faites donc travailler cet argent pour vous, tout en profitant de ce que la vie en résidence a à offrir!

Prenons un exemple d’investissement. Si vous vendez votre maison 500 000 $, soit la moyenne nationale, et que vous investissez la plus-value dans un portefeuille de placements à faible risque, comme des certificats de placement garanti (CPG) ou des obligations, qui rapportent 3 %, cela peut représenter 15 000 $ par année, ou 1 250 $ par mois. Et si vous pouvez accepter un risque un peu plus élevé pour bénéficier d’un rendement annuel moyen de 4 %, cela pourrait vous rapporter 20 000 $ par année, soit environ 1 700 $ que vous pourriez toucher mensuellement. Cette somme contribuerait ainsi largement à compenser les coûts mensuels de location dans une résidence pour retraités : réfléchissez-y donc bien!

Évaluation de vos dépenses actuelles

Vous êtes-vous sérieusement demandé combien vous dépensez chaque mois pour vivre dans votre domicile actuel? Posez-vous donc les questions suivantes : comment vos dépenses se comparent-elles aux coûts de la vie en résidence et quelles sont les dépenses qui disparaîtront une fois que vous vivez en résidence? Tenez compte notamment des coûts suivants :

  • Taxes foncières
  • Services publics
  • Entretien de la maison – par exemple, le remplacement du toit, des fenêtres ou des électroménagers, les travaux courants (de grande ou de faible envergure), etc.
  • Services de ménage ou de repas
  • Déneigement et tonte de la pelouse
  • Autres dépenses, comme l’épicerie, les loisirs et les transports

Vous vous rendrez sans doute compte que le total de toutes ces dépenses est plus élevé que vous le pensiez, et que le fait de vivre chez soi revient souvent cher.

Vos options d’investissement

Outre votre maison, avez-vous pris en compte les biens personnels que vous possédez et que vous pourriez vendre en vue d’investir? Ce peut être un chalet ou une roulotte, une collection d’art dont vous êtes prêt à vous départir, ou encore une voiture, un bateau ou d’autres véhicules récréatifs. Il est recommandé de faire appel à un courtier immobilier ou à un évaluateur pour connaître la valeur réelle des biens que vous seriez prêt à céder.

Réfléchissez-y bien : si vous vendiez ces actifs – disons qu’ils valent 200 000 $ – et que vous investissiez cette somme dans un portefeuille qui rapporte 3 % par année, vous pourriez récupérer jusqu’à 6 000 $ par année!

Programmes d’aide financière et crédits d’impôt du gouvernement

Saviez-vous que vous pourriez être admissible à des programmes gouvernementaux ainsi qu’à des crédits d’impôt? Il est important d’explorer toutes les options qui s’offrent à vous à cet égard, car les aides gouvernementales peuvent vous aider à absorber vos paiements mensuels dans une résidence pour retraités. Veuillez notamment prendre les éléments suivants en considération :

  • Le Régime de pensions du Canada est l’un des deux programmes d’assurance sociale qu’offre le gouvernement fédéral. Si votre conjoint est décédé, vous pourriez également être admissible à la pension de survivant
  • La pension de la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, et l’Allocation au survivant
  • Le crédit d’impôt fédéral pour frais de préposé aux soins, qui permet à des aînés de demander comme frais médicaux les montants dépensés pour des « soins de préposé ». Si vous ou votre conjoint recevez des services de soins dans une résidence pour retraités, votre loyer pourrait être réduit lorsque vous produisez votre déclaration de revenus
  • Les options de soutien financier pour les anciens combattants, ainsi que les prestations de soutien pour les aînés, selon la province de résidence

Si vous n’êtes toujours pas sûr que vous pouvez vous permettre de vivre en résidence pour retraités, n’hésitez pas à consulter un planificateur financier agréé, qui pourra vous aider à déterminer si vous disposez des fonds nécessaires pour vivre les années de retraite que vous méritez, comme vous le désirez.


À propos de Kelley

Formatrice en finances personnelles, auteure, conférencière et personnalité présente dans les médias depuis plus de 20 ans, Kelley Keehn travaille actuellement à son dixième livre, ainsi qu’à deux cours audio. Elle se porte à la défense des intérêts des consommateurs pour Financial Planners Canada et siège à de nombreux comités dans le secteur financier. Au cours des trois dernières années seulement, elle a accordé plus de 600 entrevues à la télévision, à la radio et dans la presse écrite sur une multitude de sujets liés à la littératie financière. Sa mission est d’aider les Canadiens à se sentir à l’aise avec les questions financières.


Les informations contenues dans cette vidéo et sur la page de Kelley Keehn sur chartwell.com sont fournies à titre informatif seulement. Elles ne doivent pas être considérées comme des conseils juridiques ou financiers. Vous devriez consulter votre propre professionnel des services juridiques, fiscaux ou financiers pour déterminer ce qui convient le mieux à vos besoins particuliers. Les points de vue, réflexions et opinions exprimés ici sont ceux de Kelley Keehn et ne reflètent pas obligatoirement ceux de Chartwell, résidences pour retraités ou de ses filiales.