7 mythes réfutés sur la maladie d’Alzheimer

Extrait : Les idées fausses au sujet de la maladie d’Alzheimer empêchent de comprendre cette maladie et d’aider les personnes qui en sont affectées. Apprenez donc à distinguer le vrai du faux au sujet de la maladie d’Alzheimer, notamment concernant le mythe selon lequel les personnes qui en sont atteintes ne savent pas et ne peuvent pas communiquer ce qu’elles veulent.


Il existe de nombreux mythes au sujet de la maladie d’Alzheimer qui peuvent aggraver la stigmatisation qui y est associée et empêcher de comprendre et d’aider les personnes qui en sont affectées. En corrigeant certaines idées fausses les plus courantes, il devient plus facile de fournir des soins de soutien et d’aider chaque personne atteinte de la maladie d’Alzheimer à passer une bonne journée, chaque jour :

  1. La maladie d’Alzheimer et les troubles cognitifs sont une seule et même chose
    La maladie d’Alzheimer constitue en effet la cause la plus fréquente des cas de troubles cognitifs; toutefois, selon la Mayo Clinic, ces affections sont associées à un groupe de symptômes affectant la mémoire, la pensée et les capacités sociales, qui peuvent également être causés par diverses autres maladies, dont la démence vasculaire, la maladie à corps de Lewy ou la maladie fronto-temporale.

  2. Qui dit perte de mémoire dit maladie d’Alzheimer
    Bien qu’une certaine perte de mémoire soit courante avec l’âge, cela ne signifie pas nécessairement qu’une personne est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Lorsque la perte de mémoire affecte le fonctionnement au quotidien, ainsi que le jugement et le raisonnement, la Société Alzheimer du Canada (SAC) recommande de consulter un médecin pour en déterminer la cause.

  3. Je ne peux rien faire pour réduire le risque d’être atteint de troubles cognitifs
    Selon la revue The Lancet Neurology, une activité physique accrue ainsi qu’une plus grande stimulation mentale, le contrôle de la tension artérielle et du diabète, la gestion de l’obésité et de la dépression, ainsi que l’abandon du tabac constituent sept mesures permettant de réduire le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer.

  4. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ne savent pas ou ne peuvent pas communiquer ce qu’elles veulent
    Les personnes atteintes de cette maladie savent souvent ce qu’elles veulent, mais peuvent avoir de la difficulté à le communiquer verbalement. Comme l’explique la SAC, à mesure que la maladie évolue, il devient davantage important de comprendre la communication non verbale de la personne par ses expressions faciales, son langage corporel, son comportement et par les sens.

  5. Toutes les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer finissent par devenir agressives
    Selon le Sunnybrook Health Sciences Centre de Toronto, environ 20 % seulement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer présentent une agressivité importante. L’agressivité peut avoir de multiples causes, telles que le stress environnemental, la douleur, la faim, le bruit ou les besoins physiques et émotionnels non satisfaits. En cas d’agressivité accrue, les traitements préventifs non médicamenteux sont recommandés en premier.

  6. Il faut corriger ce que dit une personne atteinte de troubles cognitifs lorsqu’elle a tort
    En fait, il faut éviter de corriger la personne si elle fait une erreur, ou oublie quelque chose. Selon le National Institute on Aging, il vaut mieux répondre aux sentiments exprimés, voire réorienter la conversation vers un autre sujet.

  7. La maladie d’Alzheimer est toujours héréditaire
    D’après la SAC, moins de 7 % des cas d’Alzheimer sont liés à des gènes spécifiques causant l’apparition précoce de la forme héréditaire (ou « familiale ») de la maladie. Selon la Mayo Clinic, bien que divers autres gènes puissent augmenter le risque de développer la forme tardive de la maladie d’Alzheimer, de nombreuses personnes porteuses d’un gène les prédisposant à un risque tardif ne développent pas cette maladie.

Chartwell, résidences pour retraités cherche à aider les aînés atteints de la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles cognitifs et leur famille par l’entremise de ses soins aux résidents souffrant de perte cognitive et de son programme Approche mémoire.

Les références citées dans ce blogue proviennent des sources suivantes et sont anglais:
1. Mayo Clinic, en ligne : https://www.mayoclinic.org
2. Société Alzheimer, en ligne : https://alzheimer.ca
3. Fisher Center for Alzheimer’s Research Foundation: https://www.alzinfo.org
4. Sunnybrook Health Sciences Centre, en ligne : http://health.sunnybrook.ca
5. National Institute on Aging, en ligne: https://www.nia.nih.gov