Conversations essentielles avec Dre Amy: Comment les petits-enfants peuvent participer aux soins

Laissez-moi vous raconter une histoire. Alyssa* avait 25 ans quand sa grand-mère, Margie, a commencé à avoir besoin d’aide avec les tâches ménagères. Au cours des années suivantes, comme les besoins de Margie se sont intensifiés, la mère d’Alyssa et ses frères et sœurs ont consacré plus de temps à prendre soin d’elle et ont dû l’aider à décider si elle voulait rester chez elle ou déménager dans une résidence.

Cette période n’a pas toujours été facile pour la famille d’Alyssa, et cette dernière a pu offrir de l’aide de diverses façons. Ayant toujours été proche de sa grand-mère, elle était ravie de passer plus de temps avec elle quand sa famille voyageait ou s’inquiétait de son bien-être. Une fois, alors que sa grand-mère récupérait d’une chute, Alyssa est même allée vivre chez elle pendant quelques semaines pour être présente au cas où elle aurait besoin d’aide durant la nuit.

Alyssa a également constaté qu’elle pouvait soutenir sa mère émotionnellement dans période de transition vers la prestation de soins. Il arrivait que l’opinion de sa mère diverge de celle de ses oncles et ses tantes, et ces désaccords causaient du stress à sa mère. Alyssa a porté conseil à sa mère et lui a fait part de ses inquiétudes concernant la santé et le bien-être de celle-ci après avoir remarqué qu’elle était épuisée et qu’elle avait négligé les autres facettes de sa vie afin de concilier le travail et la prestation de soins. Alyssa a encouragé sa mère à aller au chalet et à sortir avec des amis afin de recharger ses batteries, et sa mère lui a été reconnaissante de ce soutien. Selon elle, c’est en grande partie grâce à Alyssa qu’elle a pu traverser les moments les plus difficiles dans son rôle de proche aidante.

Les petits-enfants : une perspective unique

Plusieurs personnes s’attendent à donner des soins à un parent ou à un conjoint, mais elles ne s’imaginent pas le faire pour un grand-parent. Toutefois, tout comme Alyssa, elles pourraient avoir à jouer un rôle important à mesure que les besoins de leurs grands-parents s’intensifient.

L’écart entre les générations est un des facteurs permettant aux petits-enfants d’être très utiles en tant qu’aidants. Celui-ci correspond généralement à des relations moins houleuses entre les grands-parents et les petits-enfants, qu’entre les parents et leurs enfants. Ce qui est compliqué ne s’efface pas avec le temps : au contraire, les tensions s’intensifient lorsque l’on prodigue des soins, tout comme elles s’intensifient entre les frères et sœurs.

Comme les petits-enfants ont une relation plus simple avec leurs grands-parents et qu’ils ont du recul face à la dynamique entre leurs parents et leurs oncles et leurs tantes, ils possèdent une perspective unique qui est très souvent utile lorsque des soins sont nécessaires.

Conseil de communication pour les petits-enfants aidants

Pour les petits-enfants, l’important est de trouver une manière de communiquer leur point de vue sur la situation de façon à se faire comprendre de tous. Des phrases comme « J’ai remarqué ceci chez grand-papa, et je me demande s’il serait nécessaire que ta sœur et toi lui parliez des soins dont il a besoin… », ou « J’ai pensé à quelque chose concernant grand-papa, et je me demande si je devrais en parler… », peuvent lancer des conversations. Éviter des formulations qui peuvent sembler accusatrices aidera les parents à être plus réceptifs à l’information partagée.

Comment les petits-enfants peuvent aider

Malgré l’écart de génération, les petits-enfants peuvent certainement offrir de l’aide à leurs grands-parents, et ils n’ont pas besoin d’être adultes pour participer aux tâches liées aux soins, non plus! Par exemple, un adolescent peut jouer aux cartes ou regarder une émission de télévision avec son grand-parent pour lui tenir compagnie, ce qui offre à ses parents un moment de répit souvent nécessaire. Il peut également faire des courses près de chez ses grands-parents ou de ses parents, ce qui allège les responsabilités de ceux qui s’occupent des soins. Dormir chez son grand-parent pendant que ses parents qui sont en voyage peut aussi leur offrir une certaine tranquillité d’esprit.

Finalement, tout comme l’a fait Alyssa, les jeunes sont en mesure de constater quand un parent a véritablement besoin de temps pour lui. En lui en faisant part sans le brusquer, ils peuvent l’aider à se rendre compte qu’il est surmené et qu’il a besoin de prendre soin de lui-même afin de pouvoir continuer d’être proche aidant à long terme.

Tout comme c’est le cas pour élever un enfant, prodiguer des soins requiert un village. Les petits-enfants font entièrement partie de ce village. Les encourager à offrir leur aide est bénéfique pour tout le monde!


*Prénom modifié pour préserver l’anonymat