La pratique de la pleine conscience offre des bienfaits physiques et émotionnels pour vieillir en bonne santé

Les activités pratiquées en pleine conscience, comme la méditation, le tai-chi et le yoga, offrent aux adultes plus âgés une foule de bienfaits physiques, émotionnels et cognitifs pour vieillir en bonne santé. Des chercheurs se sont penchés sur les effets positifs de la pleine conscience sur la santé des aînés.

Améliorer l’humeur, apaiser la solitude

Les adultes plus âgés souffrant d’anxiété ou de dépression modérée qui ont participé à un programme de réduction du stress axé sur la pleine conscience* ont constaté une amélioration de leur humeur, une baisse des symptômes de dépression ainsi qu’une meilleure capacité à gérer le stress lié aux problèmes familiaux, selon le Rotman Research Institute de Toronto.

Le sentiment de solitude est associé à un risque accru de troubles cardiaques, de maladie d’Alzheimer, de dépression et de mort prématurée. Selon une étude de l’UCLA, la pratique quotidienne de techniques de pleine conscience permet de réduire le sentiment de solitude chez les aînés*, tandis que des tests sanguins ont démontré un renforcement du système immunitaire et une baisse de l’inflammation.

Le fait de prendre soin d’un proche atteint de troubles cognitifs peut entraîner un stress chronique et accroître les risques pour la santé. Les aidants familiaux qui ont pratiqué la méditation en pleine conscience* dans le cadre d’une étude de The Gerontologist ont indiqué être moins stressés, moins déprimés et plus résilients.

Idées plus claires, meilleur jugement

D’après une étude de 2017 de l’Université de Waterloo, faire 25 minutes par jour d’hatha-yoga ou de méditation en pleine conscience peut stimuler les fonctions exécutives du cerveau* et augmenter les niveaux d’énergie. Les fonctions exécutives comprennent les aptitudes comme la planification, l’organisation, la concentration et la poursuite des objectifs.

Selon une autre étude de l’école de médecine de Harvard, les participants à un programme de réduction du stress axé sur la pleine conscience, au moyen d’exercices de méditation et de yoga, ont montré des changements positifs, révélés par des examens IRM du cerveau, comme une plus grande réserve cognitive, une réduction du stress et un ralentissement du déclin cognitif*.

Prévenir les chutes, préserver son cœur

Le tai-chi est parfois décrit comme une forme de méditation en mouvement. Il améliore la force musculaire, la souplesse et l’équilibre*, d’où une diminution du risque de chute et de la crainte qui en découle, selon l’école de médecine de Harvard. Une étude de l’Oregon Research Institute a conclu que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer qui pratiquent le tai-chi font 40 % moins de chutes*.

Et, d’après une autre étude intitulée Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes, les personnes souffrant de troubles cardiaques qui font 20 minutes de méditation deux fois par jour sont 48 % moins susceptibles de faire une crise cardiaque ou un AVC ou de mourir de toute autre cause*.

Enfin, comme l’indique le journal PLOS one, les patients qui sont atteints d’une maladie liée au stress et qui font appel à des techniques de relaxation comme le tai-chi, la méditation ou le yoga comme traitement complémentaire sont 43 % moins susceptibles d’être hospitalisés* ou de nécessiter des soins d’urgence.

*en anglais seulement