Réduire les risques de blessure à la tête de façon proactive

Juin est le Mois de la sensibilisation aux lésions cérébrales.

Parmi tous les groupes d’âge, les aînés sont ceux qui courent le plus haut risque de lésion cérébrale traumatique, indique le Canadian Geriatrics Journal. Les adultes de 65 ans et plus (et les jeunes de moins de 21 ans) présentent le taux d’hospitalisation le plus élevé pour les lésions cérébrales, et environ 70 % des coûts annuels estimés à 20 milliards de dollars associés aux TCC au Canada sont attribuables aux blessures subies par les adultes plus âgés, selon l’Université Lakehead. Les adultes de 60 ans et plus sont également ceux qui enregistrent le plus grand nombre de décès causés par une blessure à la tête*, selon l’Institut canadien d’information sur la santé.

Les chutes constituent la principale cause de blessure à la tête chez les aînés et sont à l’origine de 60 % des hospitalisations pour une TCC au sein de ce groupe d’âge, indique le Canadian Medical Association Journal. En Ontario, les aînés sont plus susceptibles de subir une lésion cérébrale liée à une chute à leur domicile que n’importe où ailleurs. La moitié des hospitalisations et 27 % des visites à l’urgence* pour lésions cérébrales liées à une chute en 2014-2015 étaient attribuables à des incidents s’étant produits à la maison, selon le Ontario Injury Prevention Resource Centre.

Stratégies de prévention des chutes

Il est possible de réduire les risques de chute à la maison en repérant et en éliminant les obstacles, comme les tapis mal fixés, en dégageant les voies pour se déplacer aisément, et en installant des rampes dans les salles de bain et les escaliers. Un éclairage adéquat et des planchers antireflets et antidérapants* peuvent également aider à prévenir les chutes, selon le Ontario Injury Prevention Resource Centre.

Des programmes d’exercices pour les aînés visant à améliorer l’équilibre ont aussi démontré leur efficacité dans la prévention des chutes et des blessures connexes, selon l’Université McMaster.

Les soins à prodiguer après une lésion cérébrale

Une lésion cérébrale traumatique peut nuire aux capacités physiques, comportementales et cognitives, selon la gravité de la blessure. Voici certains des effets courants* relevés par la National Association of State Head Injury Administrators : problèmes de concentration, de mémoire et d’acquisition de nouvelles connaissances; discours ou comportement inapproprié; déficiences sensorielles; dépression, sautes d’humeur, agressivité et irritabilité.

Il est essentiel que les professionnels de la santé fournissent une évaluation, un traitement et une réadaptation appropriés pour aider les familles (et le patient) à comprendre les difficultés associées à la blessure ainsi que pour encourager celles-ci à offrir du soutien à leur proche afin de l’aider à trouver des moyens de compenser les capacités qui ont été atteintes.

Vous trouverez d’excellents renseignements, suggestions et conseils pratiques empreints de compassion pour offrir du soutien et des soins à un membre de votre famille qui souffre d’une blessure à la tête dans le guide After Brain Injury: A Guide for Patients and their Families*, réalisé par les services de santé de l’Alberta.

*?En anglais seulement