Six façons de contribuer au bonheur des aînés

Le 20 mars a été consacré la Journée internationale du bonheur qui est célébrée mondialement. En cette Journée, le bonheur et le bien-être sont réaffirmés comme des aspirations universelles pour tous les peuples.

Que pensent donc les scientifiques des aspects qui peuvent contribuer au bien-être et au bonheur des adultes plus âgés?

Le paradoxe de bien prendre de l’âge

Selon le New York Times des chercheurs auraient noté un degré plus élevé de satisfaction et de bien-être* chez les aînés âgés de 80 à 90 ans, et en général chez les adultes plus âgés, que chez les adolescents et les jeunes adultes. Les gérontologues décrivent ce phénomène comme « le paradoxe de l’âge avancé ». Les gens plus âgés, ayant vécu des pertes et fait face à des difficultés, seraient plus résilients. En dépit du déclin de leurs capacités physiques et cognitives, ils semblent mener une vie plus heureuse que celles des jeunes adultes.

Éléments menant à une vie heureuse

1. Mettre l’accent sur ses capacités. Les adultes plus âgés trouvent une plus grande satisfaction et sont plus heureux, car ils se concentrent sur ce qu’ils réussissent à faire plutôt que sur les choses qu’ils ne sont plus en mesure de faire. Selon une étude de la publication The Gerontologist, le fait d’accepter de prendre de l’âge et de s’adapter aux changements liés à l’âge* est un facteur déterminant pour le bien-être des aînés.

2. Cultiver des relations sociales. Selon une étude de Statistique Canada portant sur la santé des aînés, la participation à des activités et des interactions sociales fréquentes favoriserait grandement tant le bon maintien de la santé mentale que la sérénité des aînés canadiens.

3. Mener une vie active. Des chercheurs de l’Université York de Toronto déclarent que le fait d’être pleinement actif, en s’adonnant à des activités physiques ou mentales et en s’engageant dans des activités sociales, serait un élément essentiel à l’épanouissement des aînés. À titre d’exemple, leurs études ont démontré que les Canadiens plus âgés qui pratiquent des activités physiques sont deux fois plus susceptibles de prendre de l’âge en bonne santé *et de mener une vie saine et épanouissante que les aînés qui ne sont pas actifs.

4. S’attacher aux aspects positifs. Une étude sur l’espérance de vie menée par le Stanford Center on Longevity rapporte qu’en prenant de l’âge, on parviendrait à mieux réguler notre santé émotionnelle* et à envisager de manière plus positive les défis et les difficultés qui nous sont présentées. Des tests sur la mémoire ont ainsi montré que les adultes plus âgés avaient des souvenirs plus positifs que ceux des jeunes adultes. Quand on leur a présenté des photos de personnes arborant un sourire ou une grimace, les aînés avaient plus de facilité à se souvenir des photos de gens souriants.

5. Le bénévolat rend heureux. Les chercheurs de l’Université de Toronto ont découvert que le bénévolat réduirait les risques de dépression et générerait un sentiment de bien-être psychosocial chez les adultes plus âgés*. Les aînés déclarent qu’ils se sentent appréciés ou utiles lorsqu’ils font du bénévolat. Cela renforce chez eux un sentiment de bien-être; sentiment d’ailleurs plus accru chez les personnes souffrant de maladies chroniques.

6. Apprendre chaque jour. Selon une étude de l’Université du Manitoba, l’apprentissage continuel, tout au long de la vie*, favoriserait l’épanouissement et le bonheur des aînés, tout en améliorant leur santé physique et mentale.

* En anglais seulement