Conversations essentielles avec Docteure Amy – Observer des changements chez vos parents durant la période des fêtes

Le temps des fêtes est souvent le moment de l’année où on passe le plus de temps en famille. À cette occasion, il n’est pas rare que les enfants adultes observent des changements chez leurs parents. Une fille remarquera peut-être que sa mère ne se fait plus belle ou ne prend plus soin d’elle comme avant, que la maison n’est plus aussi propre, ou que son père semble désorienté et oublie des choses. Un fils qui habite à l’extérieur de la ville notera peut-être des sautes d’humeur chez son père, remarquera qu’il est anormalement agité ou anxieux ou constatera qu’il ne participe pas aux discussions comme il le faisait habituellement. Parmi les autres changements qu’il serait important de noter, mentionnons une diminution de l’aptitude à conduire, une difficulté à entretenir la maison ou encore, des changements affectant la vue ou l’ouïe.

Bien qu’il puisse être éprouvant de constater de tels changements, ceux-ci constituent des indices importants qu’il est peut-être temps d’avoir des conversations essentielles avec vos parents et d’autres membres de votre famille sur le maintien ou l’amélioration de la qualité de vie de vos parents. Ces conversations visent à planifier les choses de manière que vos parents puissent vivre comme ils l’entendent et comme ils le méritent, ainsi qu’à prévenir les situations de crise. En fait, lorsqu’on attend qu’une crise survienne pour commencer à planifier, il arrive que les décisions prises ne correspondent pas aux volontés de l’aîné. Le fait de prévoir ces conversations essentielles le plus tôt possible, et régulièrement, contribue à ce que le parent qui avance en âge puisse continuer à vivre comme il le souhaite.

Si vous constatez qu’il est temps d’avoir une conversation essentielle avec vos parents, vous vous demandez peut-être comment vous y prendre pour aborder les choses. Voici quelques conseils pour rendre ces discussions plus faciles et plus productives :

1)   Il est souvent préférable d’avoir ce genre de conversation en tête à tête avec votre parent, plutôt qu’en présence de tous les membres de la famille. Selon votre dynamique familiale, il est possible que votre parent se sente importuné par les membres de sa famille si la conversation se déroule en groupe. Seule exception : si vous remarquez d’importants changements cognitifs chez votre parent, il vaut mieux ne pas discuter directement avec lui, puisqu’il pourrait ne pas être en mesure de comprendre ce dont vous parlez; il est possible que vous deviez alors vous entretenir avec d’autres membres de la famille et prévoir une évaluation complète de la santé de votre parent.

2)   Commencez la discussion en assurant à votre parent que vous voulez l’aider à demeurer autonome et à bénéficier de la meilleure qualité de vie possible. Ainsi, il sentira que vous êtes de son côté et que vous ne cherchez pas à lui enlever le droit de faire ses propres choix.

3)   Une fois que vous avez bien établi que vous voulez l’aider à demeurer autonome et à préserver sa qualité de vie, mentionnez-lui que vous avez remarqué certains changements et que vous aimeriez en discuter afin de vous assurer qu’il aura toujours ce dont il a besoin et ce qu’il souhaite. Expliquez-lui aussi que vous savez que cela exigera de planifier convenablement les choses.

4)   Parlez ensuite des changements que vous avez remarqués, sans faire d’accusations et sans vous montrer trop émotif. Il n’est pas nécessaire de tous les mentionner; le respect de la dignité de votre parent est primordial.

5)   Si la sécurité de votre parent est en cause, il conviendra de trouver une solution le plus rapidement possible; la sécurité est toujours une priorité absolue.

6)   Proposez à votre parent d’étudier différentes possibilités avec lui, et rédigez une liste des choses à faire, assorties d’un échéancier.

7)   À la fin de la conversation, réaffirmez votre intention de l’appuyer dans ses choix et non d’imposer les vôtres, puis prévoyez un moment ultérieur pour aborder de nouveau le sujet. Il est essentiel de faire un suivi, puisque ce genre de conversations peut susciter beaucoup d’émotions pénibles et qu’on a souvent tendance à vouloir les éviter; ce qui est plus difficile à faire si la prochaine conversation est déjà prévue au calendrier.