Laissez-nous faire partie de votre histoire : Carmel et Cathy

Carmel, 89 ans, chez Chartwell depuis 2010, avec sa fille Cathy

Carmel et Cathy sont comme la version féminine d’Abbott et Costello. Leur relation étroite est marquée par des plaisanteries, des rires fréquents et des taquineries de bon aloi. En fait, le duo comique mère-fille finit souvent les phrases de l’une et l’autre, sans même en prendre conscience.

En pensant à son enfance, Cathy a de nombreux souvenirs tendres de ses parents, comme celui de Gerry, son père musicien qui joue de la cuillère et de sa mère espiègle qui chante des chansons, fait des blagues ou saute dans la piscine du voisin à deux heures du matin! Bien que Carmel ait aimé faire des siennes avec ses amis ou danser avec son mari sur de la musique Big Band, elle a consacré la plupart de son temps à ses cinq enfants, soit deux garçons et trois filles. « Maman était toujours occupée, elle est tellement énergique », explique Cathy, l’avant dernière de la famille. « Elle était obsédée par le ménage et une cuisinière hors pair. Je me souviens qu’un jour, mes sœurs et moi chahutions dans la cuisine, et elle était à genoux en train de frotter le plancher; nous avons dû la surprendre, car elle est tombée vers l’avant et a failli tomber tête première dans le seau de savon! » À ce souvenir, Carmel éclate de rire, et ajoute : « Les lunchs pour l’école aussi n’étaient pas du gâteau dans ce temps-là. » L’humour a aussi joué un rôle important durant les étés au chalet familial, où Carmel tentait de faire honte à ses enfants devant leurs amis. « Elle avait l’habitude de sortir du chalet en criant, vêtue de chaussettes, d’un costume de bain et d’une perruque », raconte Cathy en hochant la tête. Carmel arbore un sourire rayonnant. « J’aimais mettre de la vie. Les enfants niaient souvent que j’étais leur mère. » Des hivers passés à faire du ski de fond et de la luge, aux voyages au Nouveau-Brunswick pour visiter des parents et se régaler de homard frais, en passant par une Action de grâces désorganisée en raison d’une panne d’électricité, le duo admet qu’il n’y a jamais eu de moment ennuyeux dans leur maison.

Ce n’est que de nombreuses années plus tard, lorsque ses enfants ont vieilli et que ses petits-enfants et arrière-petits-enfants ont commencé à arriver, que Carmel a envisagé de déménager dans une résidence pour retraités. « Après le décès de mon mari, je pouvais encore tout gérer seule, mais mes filles n’aimaient pas le fait que je vive seule », explique-t-elle. « Elles ont entendu parler des appartements pour personnes autonomes ici, donc j’ai décidé d’être proactive et d’y emménager, au lieu de partir quand je ne serais pas bien. » Cathy renchérit : « Nous ne voulions pas qu’elle se sente seule et isolée, particulièrement parce qu’elle est très sociable; nous espérions trouver un endroit où elle se sentirait en sécurité et soutenue par des personnes en qui elle pouvait avoir confiance et avec qui se lier d’amitié. » Depuis son arrivée à Chartwell Stonehaven il y a six ans, Carmel s’est fait un grand réseau d’amis et participe à de nombreuses activités de la résidence – des classes d’exercice, aux « mystérieuses visites en autobus » et aux croisières sur la rivière Rideau, en passant par les rencontres dans des restaurants ou autour du piano de la résidence. Cathy plaisante en disant qu’il est difficile de joindre sa mère. « Maman est plus occupée qu’elle ne l’a jamais été, et ce n’est pas peu dire. Elle joue aux cartes ou sort prendre le thé. Habituellement, elle a besoin de la fin de semaine pour se remettre de tout cela », plaisante-t-elle. « Au début, je m’inquiétais quand elle ne répondait pas au téléphone, mais maintenant, je sais qu’elle a mieux à faire que de me parler. » Carmel sourit et ajoute : « Et elle sait qu’elle ne doit pas me téléphoner les soirs de hockey! »

Aujourd’hui, Carmel affirme n’avoir aucun regret d’avoir déménagé dans sa résidence Chartwell, et elle décrit le personnel comme étant « merveilleux ». Elle est heureuse que tous aient l’esprit tranquille, et que ses enfants ne s’inquiètent plus de son bien-être. Bien que son horaire quotidien soit habituellement bien rempli, elle a se réjouit toujours de passer du temps de qualité avec sa famille. « Cathy est très belle femme, et très gentille. Elle m’amène partout où j’ai besoin d’aller : rendez-vous chez le médecin, épicerie, courses. Carmel ajoute, en souriant à sa fille : elle est mon bras droit. »