Croire aux stéréotypes sur le vieillissement pourrait avoir des effets négatifs

Communément appelées « trous de mémoire », les pertes de mémoire sont souvent considérées avec humour comme un des effets secondaires du vieillissement. Toutefois, de récentes recherches menées par le campus de l’Université de Californie à Davis suggèrent que de perpétuer ces stéréotypes pourrait être encore plus néfaste pour la mémoire des personnes âgées. Les conclusions, publiées dans le journal Psychological Science, confirment le concept de menace du stéréotype qui stipule qu’un groupe a tendance à s’autohandicaper lorsqu’il entend des stéréotypes visant sa catégorie démographique.

Changer les croyances
Les résultats sont basés sur une étude dans le cadre de laquelle les chercheurs ont demandé à des participants âgés de 59 à 79 ans d’effectuer un test de mémoire. On a demandé à un groupe d’effectuer le test après avoir lu un reportage inventé de toutes pièces concernant le faible rendement cognitif des adultes plus âgés. L’équipe de chercheurs a constaté que les participants qui ont été confrontés à des stéréotypes négatifs à leur endroit ont obtenu un score 20 pour cent inférieur lors des tests comparativement aux participants à qui le reportage n’a pas été présenté. Les chercheurs indiquent que les conclusions mettent en évidence l’importance pour les personnes âgées d’avoir une opinion positive du vieillissement.

« Les adultes plus âgés doivent faire attention de ne pas croire les stéréotypes concernant le vieillissement, car attribuer tous les épisodes d’oubli au fait de vieillir peut aggraver les problèmes de mémoire », déclare Sarah Barber, chercheuse postdoctorale de l’USC Davis et auteure principale de l’étude.

Des raisons d’espérer
Bien que l’idée que le rendement cognitif tende à décliner au fil du temps soit répandue, un nombre grandissant de recherches suggèrent qu’il est possible pour les personnes âgées de conserver l’acuité de leur cerveau grâce à des soins de la mémoire, à une alimentation saine et en restant actif mentalement et physiquement. Selon une des plus récentes études, les personnes âgées qui boivent du chocolat chaud pourraient être en mesure de stimuler leur matière grise. L’essai a été fait à l’hôpital Brigham and Women’s de Boston et suggère que les flavonoïdes présents dans le chocolat pourraient être bénéfiques pour la fonction cognitive. Les résultats ont été accueillis avec des applaudissements par les gens de la communauté médicale.

« Cet essai comparatif avec placebo bien conçu offre de nouvelles conclusions, car il établit un lien entre le couplage neurovasculaire, une mesure du flux sanguin du cerveau et de l’activité neurale, et l’amélioration des capacités cognitives des personnes qui consomment un aliment populaire riche en flavonoïdes, le cacao », rapporte Gary W. Small, M.D., de l’Université de Californie à Los Angeles, qui n’a pas pris part à l’étude, à MedPage Today.