Le véritable coût de la prestation de soins

Monica, une de mes associées, m’a confié la semaine dernière qu'elle est inquiète et anxieuse, et qu’elle ne parvient pas à dormir la plupart des nuits. Et ceci n’est pas seulement dû à la fatigue pandémique. En effet, Monica a du mal à s’occuper de ses parents vieillissants, mais elle doit aussi assumer la responsabilité d’élever ses deux adolescentes. Elle manque des heures de travail et ne sait pas combien de temps encore elle pourra tenir le coup.

Les statistiques sur la prestation de soins parlent d’elles-mêmes

Monica est loin d’être seule. Statistique Canada rapporte que plus de la moitié des proches aidants se sont sentis inquiets ou anxieux en raison de leurs responsabilités d’aidant, et qu’environ le même pourcentage s’est senti épuisé au cours des 12 derniers mois. En plus d’être stressée, Monica fait partie des 54 % de femmes aidantes, dont 30 % doivent supporter une charge plus lourde, notamment en prenant davantage de jours de congé que leurs homologues masculins. De plus, celles-ci consacrent en moyenne 20 heures de plus par semaine à leurs tâches d’aidantes.

Saviez-vous que plus de 8 millions de Canadiens prennent soin d’amis ou de proches atteints d’une maladie ou d’un handicap chronique, et environ la moitié s’occupent de leurs parents ou de leurs beaux-parents? Ce soutien empreint de compassion a un lourd prix à payer. Prendre soin de parents vieillissants coûte aux Canadiens environ 33 milliards de dollars chaque année, et on s’attend à ce que ce chiffre augmente.

Les retombées financières inattendues

Si vous êtes un proche aidant comme Monica, vous pourriez faire face à une multitude de défis financiers alors que vous prenez soin de vos proches, notamment les suivants :

  • Diminution du temps consacré au travail et perte salariale
  • Diminution d’occasions d'avancement professionnel
  • Coûts supplimentaires liés à la garde des enfants

En ce qui concerne les dépenses personnelles, on estime qu’elles représentent plus de 3 300 $ par an pour Monica et les autres aidants, soit un coût d’un peu plus de 6 milliards de dollars pour l’économie canadienne. Et qu’en est-il des autres dépenses nécessaires pour soutenir votre parent s’il choisit de vivre à la maison? Si vous habitez à l’extérieur de la province, ces coûts peuvent devenir de plus en plus lourds, entraînant des dépenses pour les vols, les voitures de location et bien plus encore.

Il faut aussi tenir compte des coûts des soins à domicile si Monica n’est tout simplement plus capable d’aider ses parents toute seule. Au Canada, le coût des soins à domicile peut varier entre 24 $ et 35 $ l’heure, les soins infirmiers coûtant plus de 60 $ l’heure. De nombreuses entreprises de soins à domicile fixent un nombre minimum d’heures de travail qu’elles sont prêtes à fournir. Si vous avez un parent qui a besoin de beaucoup de soins au prix de 60 $ de l’heure, vous pourriez devoir débourser plus de 8 000 $ à 10 000 $ par mois pour une aide de jour du lundi au vendredi, sans compter les nuits et les fins de semaine où vous devez continuer à vous occuper de lui.

Les soins prodigués, sont-ils vraiment gratuits?

Comme beaucoup de gens, les parents de Monica supposent que les soins qu’elle prodigue sont gratuits. Toutefois, comme vous pouvez le constater, c’est loin d’être le cas. Même si elle aime beaucoup ses parents et chérit le temps en leur compagnie, Monica croit que les moments passés avec eux seraient beaucoup plus précieux si elle n’avait pas à s’occuper des réparations et de l’entretien de leur maison, à faire leur épicerie et à préparer la plupart de leurs repas. Sans oublier les multiples rendez-vous médicaux auxquels elle doit les conduire. Monia et ses parents ne réalisent pas l’ampleur de la liberté dont ils pourraient jouir si les tâches et les coûts pour les accomplir venaient à disparaître - ils pourraient apprécier davantage le temps qu’ils passent ensemble.

La vraie valeur de la vie en résidence

Ce que Monica et ses parents doivent savoir, c’est que la vie n’a pas à être aussi dure. Beaucoup d'aînés sont agréablement surpris par l’esprit de communauté et le soutien que leur offre la vie en résidence. De nombreux niveaux de soins et de soutien sont disponibles en tout temps, de même que des repas délicieux et nutritifs et un réseau de pairs enclins à échanger et à s’adonner à divers loisirs. Nombre de ces facteurs pourraient contribuer à prolonger la durée de vie des parents de Monica tout en renforçant leurs sentiments de joie et de bien-être. Sans oublier son propre bien-être.

Ainsi, si vous vous occupez de parents vieillissants et que vous vous retrouvez à prendre en charge la majorité des soins dont ils ont besoin parce que vous – et eux – pensez que vos efforts sont « gratuits » ou que vous économisez de l’argent, rappelez-vous que ce n’est pas vraiment le cas. Les dépenses personnelles, les absences au travail, le refus d’une promotion parce que vous n’avez pas la capacité d’assumer plus de responsabilités : voilà le véritable coût financier de la prestation de soins, en plus de tout ce que vous investissez sur le plan émotionnel, mental et physique.

À propos de Kelley Keehn

Formatrice en finances personnelles, auteure, conférencière et personnalité médiatique, Kelley compte plus de 20 ans d’expérience dans le secteur financier canadien. Elle vient de publier son dixième livre, Talk Money to Me, et a conçu deux cours audio. Siégeant à de nombreux comités de premier plan dans le secteur financier, Kelley a accordé des milliers d’entrevues à la télévision, à la radio et dans la presse écrite, lesquelles ont porté sur une multitude de sujets liés à la littératie financière et visaient le grand public. Sa mission est d’aider les Canadiens à se sentir bien avec leur argent.