Conversations essentielles avec Dre Amy : Atteindre l’harmonie familiale malgré des points de vue divergents

A l’approche des fêtes de fin d’année, certains d’entre nous s’inquiètent de savoir si les moments que nous passerons avec la famille élargie seront agréables si nous nous engageons dans certaines conversations. Par exemple, la pandémie et la situation en matière de vaccination sont devenues un sujet de discorde qui, dans de nombreux cas, a entraîné des tensions et des perturbations au sein de la famille. Les membres d’une famille peuvent avoir des points de vue différents sur le degré de sécurité d’un rassemblement, l’importance d’être pleinement vacciné, ou la nécessité de porter le masque dans certaines situations.

La solution est-elle d’éviter de parler de ces sujets épineux pour ne pas créer davantage de discorde? Existe-t-il un moyen d’avoir ces conversations tout en permettant à chacun de se sentir respecté et en sécurité? Aussi inconfortables que ces discussions puissent être, voici quelques idées pour aborder les sujets difficiles d’une manière qui pourra rendre le temps des fêtes plus agréable et harmonieux pour tout le monde.

Avant de commencer une conversation potentiellement conflictuelle, souvenez-vous que l’objectif est de préserver ou d’approfondir une relation et de mieux comprendre la raison pour laquelle une personne a un point de vue particulier. C’est très différent de vouloir la faire changer d’avis ou de lui prouver que ce qu’elle pense est faux. Assurez-vous que vos motivations sont claires avant d’entamer une conversation.

Présumer le meilleur de la personne avec laquelle vous aurez une conversation difficile peut également vous aider à vous mettre dans le bon état d’esprit. Si vous entamez une discussion à propos de la COVID-19, vous pouvez, sans doute avec raison, supposer que votre interlocuteur souhaite aussi que la pandémie prenne fin et que tous les membres de la famille soient en santé et en sécurité. Il peut avoir des idées différentes sur la manière d’atteindre ces objectifs, mais ceux-ci sont les mêmes.

Au début de la conversation, c’est une bonne idée de préparer le terrain en faisant comprendre à la personne qu’elle et votre relation sont importantes pour vous. Il est aussi utile de lui dire que votre objectif est de mieux comprendre ce qu’elle pense et ressent à ce sujet, et non de la faire changer d’avis. En entamant la conversation de cette façon, vous créez un espace de confiance et vous vous rappelez que les sujets sur lesquels vous pouvez être en désaccord n’ont rien à voir avec l’importance que vous accordez à l’autre.

Une autre manière de baisser le niveau de tension est d’exprimer vos peurs, plutôt que de seulement partager votre avis. Dans son article intitulé 11 Tips for Talking to Someone you Disagree With*, Melody Stanford Martin affirme : « Tous les conflits partent d’une peur. » Dans le contexte de la pandémie, peut-être craignez-vous qu’un membre de la famille qui n’est pas entièrement vacciné tombe gravement malade s’il est atteint de la COVID-19. Votre proche non vacciné a peut-être peur de faire une réaction grave au vaccin, ce qui lui paraît plus probable que d’être infecté par le virus. En exprimant vos craintes, vous créez un climat de sécurité qui encourage l’autre à faire de même.

Assurez-vous de reconnaître ses peurs et de les traiter avec empathie, même si elles semblent illogiques. Se sentir entendu, vu et compris est un besoinn humain communOn peut être en désaccord avec quelqu’un, mais en exprimant de l’empathie, il est possible de répondre à son besoin de reconnaissance.

Vous pouvez ensuite commencer à parler de votre point de vue et de vos sources d’information. Il est probable que vos sources soient critiquées, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi. De nos jours, de nombreuses personnes se fient à des informations qui ne proviennent pas de sources réputées. Le fait de savoir que quelqu’un est susceptible de nous demander d’où proviennent nos informations peut nous aider à réfléchir à l’exactitude de ce que nous citons. Cela est vrai pour les deux interlocuteurs de la discussion! Vous devrez peut-être explorer les sources que vous estimez tous les deux être légitimes et exactes.

Au cours de la discussion, continuez de trouver les points sur lesquels vous vous entendez. Rappelez à l’autre que vous souhaitez tous les deux que la pandémie prenne fin et que chacun se sente en sécurité. Le fait de revenir à un terrain d’entente peut contribuer à faire baisser le niveau de tension.

Rappelez-vous qu’il n’y a pas de mal à être en désaccord avec quelqu’un dont vous êtes proche, et qu’il est impossible de s’entendre sur tout. Même si vous ne partagez pas son point de vue, vous pouvez toujours aimer cette personne. Si vous ne parvenez pas à vous mettre d’accord sur la façon dont tout le monde peut se sentir en sécurité en étant ensemble, vous pouvez trouver d’autres façons de célébrer les fêtes cette année. Si vous avez l’impression qu’un trop grand nombre de personnes sont rassemblées dans un même endroit, peut-être pouvez-vous réunir quelques membres de la famille dans une maison, quelques-uns dans une autre, et organiser une vidéo conférence entre les deux groupes. Soyez créatif! N’oubliez pas qu’une meilleure compréhension et le maintien de l’harmonie familiale sont les objectifs.

Si vous avez une conversation essentielle sur la pandémie ou un autre sujet difficile, remerciez la personne de bien vouloir discuter avec vous. Dites-lui combien vous êtes reconnaissant qu’elle ait accepté de parler avec vous d’un sujet délicat. Ce faisant, vous ouvrez la porte à d’autres conversations ouvertes et franches dans l’avenir.