Une artiste résidente de Chartwell Grenadier crée de la beauté dans l’adversité

Maria Styranka connaît bien la résilience. Cette dynamique résidente de Chartwell Grenadier, âgée de 99 ans, a fui le communisme de son Ukraine natale, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour entreprendre un voyage éprouvant à travers le monde qui a fini par la mener, elle et sa famille, à Toronto. Après avoir appris l’anglais et travaillé comme femme de chambre dans un hôtel, Maria a réalisé son rêve de devenir artiste professionnelle. Elle a connu un grand succès au Canada et en Europe, et ses œuvres ont été exposées au Musée national d’art de l’Ukraine.

Painting by Chartwell Resident

Grâce aux encouragements et au soutien du personnel de Chartwell Grenadier, Maria a récemment soumis l’un de ses tableaux, Chernobyl's Babushka, au Musée des beaux-arts de l’Ontario dans le cadre de son exposition en ligne Portraits of Resilience. Inspiré par la pandémie, le musée a lancé un appel ouvert aux artistes, les invitant à présenter des œuvres illustrant la résilience dans la vie quotidienne.

Bob Mavrikkou, directeur des services alimentaires de Chartwell Grenadier, qui a entendu parler de l’exposition, a tout de suite pensé à la communauté et aux programmes artistiques très dynamiques de sa résidence. Il en a parlé à Elena Yeryomenko, responsable des programmes d’animation et des loisirs, qui a immédiatement pensé à Maria. Elena, qui a commencé comme étudiante chez Chartwell en 2008, avait encouragé Maria à donner des cours d’art et à participer au programme d’atelier d’art de Chartwell qui fournit aux résidents un plan d’apprentissage, un thème et les outils nécessaires pour créer leurs propres chefs-d’œuvre artistiques.

Painting by Chartwell Resident

« En 2019, nous avons organisé une exposition d’art pour Maria à la résidence, où nous avons présenté plusieurs de ses œuvres, explique Elena. En plus de montrer à quel point Maria est engagée et accomplie, c’était une belle occasion de se réunir pour les résidents et les familles. »

Maria a peint Chernobyl's Babushka en 1996 pour marquer le dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et pour saluer la résilience des babouchkas (grands-mères) ukrainiennes qui, malgré la menace extrême qui pesait sur leur santé, sont restées chez elles dans la zone d’exclusion.

« Ce mois-ci [avril 2021] marque le 35e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, a déclaré Maria dans un récent article publié dans le bulletin d’information du Musée des beaux-arts de l’Ontario, expliquant pourquoi elle a soumis cette œuvre maintenant. Ce tableau est ma façon de rendre hommage à ces femmes qui ont refusé de partir après la catastrophe. Certaines sont toujours là. »

Maria aime peindre les aînés. « Ils ont quelque chose de spécial en eux qui ressort dans un tableau », dit-elle. Bien qu’elle aime peindre des paysages et des fleurs, en utilisant des aquarelles, de l’acrylique, de la peinture à l’huile, de la tempera et de la craie, elle aime particulièrement réaliser des portraits. « Je donne quelque chose, dit-elle, mais je reçois quelque chose en retour. »

L’expression créative de Maria ne se limite pas à son art. Elle aime aussi la danse, l’une des nombreuses activités offertes chez Chartwell Grenadier. Le comité des résidents de l’endroit est actif : il propose des activités permettant aux résidents non seulement de participer, mais aussi de créer et de diriger leurs propres programmes. « Un résident a ainsi dirigé un salon de musique, raconte Elena, tandis qu’un autre a créé un club de lecture pour les personnes ayant des problèmes de vision. »

Maria, qui a vécu dans le monde entier, notamment à New York et à Paris, a élu domicile chez Chartwell Grenadier en 2015. Elle aime à la fois l’esprit créatif qui y règne et les gens. « Nous sommes une famille très unie, dit-elle. Tout le monde ici est formidable. »