Est-ce le moment opportun pour vivre dans une résidence pour retraités?

Bien qu’il n’existe pas de solution toute faite pour les aînés qui réfléchissent à leur mode de vie dans les années à venir, une résidence pour retraités peut être une décision intelligente et judicieuse, sur le plan de la santé, pour des raisons qui ne sont pas toujours évidentes au premier abord.

Certains aînés peuvent vouloir rester chez eux le plus longtemps possible, en optant pour un environnement familier et en comptant sur leur famille et leurs amis s’ils ont besoin d’aide. Bien que certaines personnes sont heureuses et capables de soutenir leurs proches plus âgés – et si ces derniers peuvent également être heureux de cet arrangement –, ce choix peut avoir de lourdes conséquences en termes de temps, d’énergie, de stress et d’indépendance*.

« Cela représente beaucoup de travail, c’est comme un deuxième emploi, souligne Karen Henderson, fondatrice et cheffe de la direction du Long Term Care Planning Network, dans un récent article publié dans le Globe and Mail. C’est en quelque sorte un chaos constant et insidieux, jour après jour. »

Les soins à domicile dispensés par des fournisseurs de services personnels peuvent constituer une solution de rechange ou venir compléter le soutien familial, mais selon Mme Henderson*, certains aînés peuvent se sentir mal à l’aise de recevoir un étranger chez eux. De plus, pour les aînés qui ont besoin de soins 24 heures sur 24, il peut s’agir de l’option la plus coûteuse : « Un de mes amis est demeuré à la maison jusqu’à son décès, il y a cinq ans, explique Mme Henderson. Il était pris en charge par deux soignants privés, travaillant par quarts de douze heures : le coût s’élevait à 10 000 dollars par mois »*.

Le soutien dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin

L’un des principaux avantages du mode de vie en résidence est qu’il permet de bénéficier de différents niveaux de soutien personnel, allant de la vie autonome à la vie semi-autonome, puis aux soins axés sur le maintien des fonctions cognitives, le tout sans avoir à déménager. En fait, les aînés qui craignent de perdre leur autonomie dans une résidence pour retraités la recouvrent, car ils ont le choix entre des services flexibles qui leur permettent de mener une vie sans tracas, où ils peuvent se concentrer sur les personnes et les activités qui sont les plus importantes à leurs yeux.

Vieillir à domicile pose toutefois un problème plus important, surtout pour les aînés qui ne peuvent pas sortir régulièrement. L’isolement social est « terriblement préjudiciable à la santé », souligne Mme Henderson. De nombreuses études ont documenté les effets négatifs de la solitude ou de l’isolement sur la santé, notamment la dépression, l’anxiété, les pertes cognitives et la mort prématurée*.

En cette période de COVID-19, l’isolement social des aînés a engendré une double pandémie, qui a eu des répercussions sur leur santé mentale et physique.

Une communauté sociale intégrée

Les résidences pour retraités permettent toutefois de combattre l’isolement en offrant une communauté intégrée, avec de nombreuses possibilités sociales permettant de demeurer en contact avec les autres en toute sécurité, ainsi que des activités significatives pour maintenir les résidents actifs, engagés et stimulés – afin d’assurer leur bien-être physique, social, mental et émotionnel, et même de préserver leurs facultés cognitives.

Cette année, les résidences ont mis en place des protocoles de sécurité en cas d’éclosion encore plus rigoureux permettant aux aînés de se sentir en sécurité. Chez Chartwell, un récent sondage réalisé auprès des résidents et des familles a révélé que 95 % d’entre eux estimaient que leur résidence avait pris des mesures importantes pour assurer leur sécurité pendant la COVID-19.

À distance, mais jamais seuls

Lorsque les conditions exigent que les résidents demeurent dans leur appartement pour des raisons de sécurité, le personnel des résidences a déployé des solutions créatives pour promouvoir l’engagement et la socialisation, notamment des cours de conditionnement physique dans les couloirs, des cinq à sept virtuels et des appels vidéo.

Lisez notre blogue pour découvrir comment Chartwell, résidences pour retraités a aidé les résidents à demeurer optimistes et stimulés, tout en accordant la priorité à leur sécurité et à leur bien-être.

*Les références citées dans cet article proviennent des sources suivantes (par ordre d’apparition) :

1. Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. « Loneliness and Social Isolation Linked to Serious Health Conditions » (4 novembre 2020), en ligne : https://www.cdc.gov/aging/publications/features/lonely-older-adults.htmlry